Réélu le 11 Octobre 2015 par un « coup K.O » avec 57,85% des voix, le président Alpha Condé a officiellement pris fonction le lundi 21 Décembre au palais SEKHOUTOUREYAH pour un mandat de 5 ans. Un mandat qu’il promet différent du premier, un mandat au cours duquel il promet de n’exclure personne.

Alpha condé qui prête serment

D’abord il y a eu la « prestation partielle » de serment le 14 Decembre

 

Pendant que tous les guinéens s’attendaient à ce que le président prête serment et prenne fonction le 21 Décembre comme çà a été le cas en 2010 lors du premier mandat, nous avons été surpris d’apprendre que la prestation de serment allait être avancée au 14 sans aucune explication officielle. La cour constitutionnelle a eu du mal à expliquer cette séparation « prestation de serment/ investiture-installation » ou « prestation de serment-investiture/installation ». En tout cas, moi je n’ai pas pu bien comprendre mais au moins je sais qu’il y a eu prestation de serment ce jour. Pardon ! Il ya eu prestation partielle de serment.

La journée était décrétée « chômée-payée » pour la circonstance. Le Centre administratif de Kaloum était bouclé, le marché de Madina fermé. Treize Chef d’Etats africains avaient fait le déplacement sur Conakry. La cérémonie qui se déroulait au Palais Mohamed V a été retransmise en direct sur la RTG (Radio Télévision Guinéenne). Et moi j’ai tout suivi sur le petit écran de ma télé avec mon Smartphone à la main. Facebook et Twitter obligent.

Selon l’article 35 de la constitution, le président devait dire ceci : «Moi, Alpha Condé, Président de la République élu conformément aux lois, je jure devant le Peuple de Guinée et sur mon honneur de respecter et de faire respecter scrupuleusement les dispositions de la constitution, des lois et des décisions de justice, de défendre les institutions constitutionnelles, l’intégrité du territoire et l’indépendance nationale. En cas de parjure que je subisse les rigueurs de la loi. »
Cependant, le président n’a pas prononcé la partie « et de faire respecter ». Est-ce lui qui a omis la partie ou bien est-ce la cour constitutionnelle ? On attend toujours la réponse à cette question. En tout cas, le juriste Mohamed Camara était aux aguets. Il a aussitôt dénoncé le serment prêté et a demandé qu’il soit repris.

L’autre moment qui a beaucoup marqué cette cérémonie de « prestation partielle de serment » a été le discours du président de la cour constitutionnelle. Maitre Kéléfa Sall a d’abord encouragé le président à « accélérer l’intégration de toutes les énergies, de toutes les compétences et de toutes les expertises pour la cohésion sociale et le développement durable de notre chère Guinée » Il l’a aussi rappelé qu’il était à son SECOND ET DERNIER MANDAT avant de lui demander de ne pas « succomber à la mélodie des sirènes révisionnistes ». Que le président de la République l’entende !!!

 

Ensuite, il y a eu la « ré-prestation de serment » et l’installation le 21 Décembre

 

Ah oui ! Devant le tollé soulevé par l’omission d’une partie du serment, la cour constitutionnelle l’a fait reprendre au président lors d’une modeste cérémonie avant de l’installer sur le fauteuil présidentiel le 21 Décembre au Palais Sekhoutoureya.
Devant quelques invités de marques dont son homologue Gambien Yahya Jammeh, le président Alpha Condé a repris le serment et cette fois sans rien omettre.

Que Dieu l’aide dans sa mission!!!

The following two tabs change content below.